Etat des lieux de la filière écorces de Prunus africana : cas des régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun

A. Awono, M. Tchindjang, P. Levang

Résumé


Résumé

Prunus africana autrefois appelé Pygeum africana est une espèce endémique des forêts afro-montagnardes d'Afrique et de Madagascar. Cette espèce de haute altitude revêt une importance économique, sociale et scientifique pour les populations locales et pour la communauté internationale. Localement, elle est source de bois d'œuvre (artisanat), de bois de chauffage, de revenus et contribue à la pharmacopée traditionnelle (Hall et al., 2000). Sur le plan scientifique et au niveau international, ses écorces sont utilisées dans les industries occidentales pour soigner l'hypertrophie bénigne de la prostate (Tasse, 2006 ; Njamnshi et Ekati, 2008). Le Cameroun abrite une bonne partie de la population de cette espèce qui est menacé d'extinction et inscrite en annexe II de la Convention sur le Commerce International des Espèces de la Flore et de la Faune (CITES) (Belinga, 2011). Son milieu écologique se situe généralement entre 900 et 3000 m d'altitude notamment les Hautes Terres de l'Ouest, le Mont Cameroun, l'Adamaoua, les monts Bakossi sans oublier quelques échantillons dans la Région du Centre. Prunus africana est classé par l' Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) comme une espèce rare et vulnérable du fait de la dégradation continue de son écosystème liée à la forte pression exercée sur la ressource et l'application des méthodes de récolte non durables. Son commerce a été régulé depuis 1995 par la Convention CITES.


Au Cameroun, l'exploitation de Prunus africana se fait sur la base des quotas attribués annuellement par le Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF) aux détenteurs de permis d'exploitation. En outre, l'exportation de Prunus africana vers l'Occident implique environ 200 récolteurs, 6 entreprises nationales et une vingtaine de forêts communautaires dans la Région du Nord-Ouest ainsi qu'une organisation paysanne spécialisée (MOCAP) de la Région du Sud Ouest. Une moyenne de 1923 tonnes est exportée annuellement. Le Cameroun reste le plus grand exportateur mondial des écorces de Prunus africana (38-48% du volume mondial). Toute la filière au Cameroun a été évaluée à 315 millions de FCFA (630 milles $ US) pour 646,5 tonnes pour l'année 2007. Toutefois, pour des raisons évoquées plus haut, l'Union européenne (EU) a suspendu les exportations en provenance du Cameroun en 2007. Cet article procède de plusieurs observations sur le terrain dans ces deux régions doublées des enquêtes socioéconomiques auprès des populations cibles. Malgré les conflits d'usage, les pressions et la maîtrise limitée de la ressource, de nombreuses opportunités telles que la prise de conscience de la régénération et le début des inventaires existent aujourd'hui pour une meilleure valorisation, une bonne gouvernance et une gestion soutenue de Prunus africana au Cameroun. Une exploitation rationnelle et durable de cette ressource fera d'elle une bonne source de revenus pour les populations des Régions productrices.


Abstract
Prunus africana formerly called Pygeum africana is an endemic species of the Afro-highlander forest of Africa and Madagascar. This high-altitude species is of economic, social and scientific importance for the local people and the international community. Locally, it is a source of timber (Craft), firewood, income and it contributes to the traditional pharmacy (Hall et al., 2000). Scientifically and internationally, its bark is used by Western industries to treat benign prostate hyperplasia (Tasse, 2006; Njamnshi et Ekati, 2008). Cameroon is home to a large part of the population of this species which is threatened by extinction and therefore, included in Appendix II of the Convention on International Trade in Endangered Species of Flora and Fauna (CITES) (Belinga 2011). Its ecological environment is usually between 900 and 3000 m altitude in the Upper West Lands, Mount Cameroon, Adamawa, the Bakossi Mountains not forgetting some areas in the Center Region. Prunus africana is classified by the IUCN as a rare and vulnerable species due to the increased degradation of its ecosystem linked to the strong pressure on the resource and application of unsustainable harvesting methods. Its sales has been regulated since 1995 by the CITES Convention.


In Cameroon, the exploitation of Prunus africana is done on the basis of annual quotas allocated by the Ministry of Forestry and Wildlife (MINFOF) to the holders of operating licenses (permits). In addition, the export of Prunus africana to the West involves about 200 harvesters, 6 domestic enterprises and 20 community forests in the North West Region as well as a specialized peasant organization (MOCAP) in the South West Region. An average of 1923 tons is exported annually. Cameroon remains the world's largest exporter of Prunus africana barks (38-48% of global volume). The whole sector in Cameroon was estimated at 315 million CFA (US $ 630 thousand) for 646.5 tons in 2007. However, for reasons mentioned above, the European Union (EU) suspended exports from Cameroon in 2007.
This article focuses on several observations on the ground in two regions using repeated socio-economic surveys of the target populations. Despite the conflicts in use, pressures and limited control of the resource, many opportunities such as awareness of regeneration and early inventories now exist to enhance value, good governance and sustained management of Prunus africana in Cameroon. Rational and sustainable exploitation of this resource will make it a good source of income for the people of the producing regions.


Mots-clés


Cameroun; Prunus africana, Ecorce; gestion durable

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.