Pesticides obsolètes au Cameroun : inventaire, analyses chimiques et bioasais

D. N. Tarla, N.M. Tchamba, D.A. Fontem, M.M. Nindi, P.N. Baleguel

Résumé


1. Objectif général
Les pesticides deviennent obsolètes ou périmés et indésirables quand ils ne peuvent plus être utilisés pour leur but, à cause d'une interdiction. Ce travail avait pour objectif général, la gestion durable des pesticides obsolètes au Cameroun.

2. Objectifs spécifiques (OS)
OS1 : Inventorier les pesticides obsolètes au Cameroun;
OS2 : Inventorier les emballages vide de pesticides au Cameroun;
OS3 : Faire une Evaluation des Risques Environnementaux (ERE) pour la gestion rationnelle des pesticides obsolètes;
OS4 : Faire un dosage des pesticides ;
OS5 : Conduire des bioasais des insecticides d'après l'outil de décision FAO.

3. Hypothèse
La maîtrise de l'état des pesticides obsolètes au Cameroun permettra une meilleure gestion.

4. Matériel et méthodes
- Inventaire
De 2009 à 2013, une méthode à double entrée a été utilisée pour l'inventaire. La campagne déclarative a utilisé des formulaires d'enregistrement. Les détenteurs des pesticides obsolètes s'enregistrent soit à travers le réseau internet, soit par des formulaires appropriés. Pendant la campagne déclarative, les formulaires d'enregistrement ont été distribués aux détenteurs des pesticides tel que les grossistes, les détaillants, les importateurs, les paysans ainsi que des associations de paysans. Pour informer le public, les communiqués radio et télévisés ont été utilisés ainsi que la presse écrite. Au niveau de la base, les réunions de sensibilisation ont été organisées avec les dépliants, les affiches, les conseils de précaution en matière de pesticide et les communiques d'autorisation de la hiérarchie.
L'inventaire direct a été fait à travers des visites des grands magasins de pesticides. Les pesticides périmés, non homologués, frappés par une interdiction ou retirés du marché et les pesticides ayant perdu leurs notices ont été considérés obsolètes. Tous les produits dans les magasins des sociétés publiques et parapubliques, agro-industries et importateurs ont été ciblés.
L'inventaire a porté sur les pesticides obsolètes proprement dits, les emballages vides, des pesticides ainsi que les sols contaminés. Par contre, les pulvérisateurs défectueux, les semences, les engrais et autres produits chimiques stockés dans le même magasin que les pesticides non pas fait l'objet de cette étude.
- Evaluation de Risque Environnementale
Selon la méthode de la FAO, les facteurs de risques des pesticides sont la toxicité (classe), la quantité, la méthode d'entreposage (palette), la sécurisation de ces produits dans le magasin et les conditions de manutention (fuite ou bon état). Les facteurs environnementaux comme la proximité des points d'eau, l'habitation, la possibilité d'une catastrophe naturelle (inondation, éruption, glissement de terrain, feux), les activités agricoles et d'élevages et la biodiversité. Ces facteurs ont été calculés pour chaque magasin par région selon le logiciel PSMS de la FAO.
Pour la sécurisation des pesticides à haut risque, le site a été divisé en trois zones. La zone 1 est le lieu de stockage des pesticides, du reconditionnement et de l'emballage. La zone 2 est couverte de bâches, des grancds sacs sur lesquels sont posés des fûts contenant des pesticides liquides pour leurs sécurisations ; Par ailleurs, les produits solides ont été mis dans les grands sacs. La zone 3 est l'aire de repos des manipulateurs. Tous les produits sécurisés ont été transportés à Edea suivant les normes internationales.
- Titrage de pesticide
La méthodologie d'analyse à été développée au laboratoire Hydrochrom à Lagos au Nigeria. Le calibrage de cuivre a été fait avec un sel de sulfate de cuivre. L'eau utilisée pour les analyses a été produite au laboratoire de Chimie à l'Université de l'Afrique de Sud à Pretoria. Les différentes concentrations de cuivre ont été analysée sur la AAS à flamme (AA800, Autosampler Model s10) à 324 nm et confirmée sur ICP-OES (Optima 4300 DV ; Autosampler model As-93). Les analyses ont été répétées trois fois.
Les standards des insecticides et des fongicides ont été importés du laboratoire Sigma basé en Allemagne. Acetonitrile de la qualité de HPLC (99,9%) a été acheté auprès de la société Tedia des Etats Unis et l'acide trichloracétique a été obtenu de la BDH Chemicals de la Grande Bretagne. Les insecticides et les fongicides ont été mesuré directement sur le HPLC de marque Agilent Technologies (Autosampler model s10).
- Bioassais
Les échantillons des insecticides ont été collectés avant la sécurisation des pesticides obsolètes et leurs efficacités ont été évaluées sur les moustiques, vecteur du paludisme et les mouches noires, vecteurs de l'onchocercose. Les moustiques (Anopheles gambiae quasimu) femelle susceptible âgée de 3 jours ont été collectés tôt le matin du laboratoire OCEAC à Yaounde et ont été transporté dans les cages pour effectuer les essais au laboratoire de Yaounde Initiative Foundation. Une quinzaine de moustiques ont été mis par cône pendant 24 heures selon la méthode de la FAO d'aspersions intradomicilaires.
Les mouches noires (Simulium damnosum) ont été testées in vivo et in situ à Batombe en aval du barrage d'Edea avec le temephos et le permethrine. Pour les moustiques et les mouches noires, la méthode d'Abbott selon laquelle une bioassais est validé uniquement quand le taux de mortalité de témoin est inférieure à 20%. Les taux de mortalité ont été ensuite transformés en probit selon Finney (1971) et les différentes formulations de pesticides ont été comparées à base de leurs doses létales 50 (DL50).


Mots-clés


pesticides obsolètes; inventaire; emballages vides de pesticides; bioassais; vecteurs; environnement; Cameroun

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.