Effet des pratiques culturales sur la diversité des plantes médicinales dans la zone d'Ebolowa (Cameroun)

E. W. Nguekam, M. Tchindjang, B. Ndongo, I. E. Fongzossie, J. S. Kemajou

Résumé


Résumé

Une étude sur l'effet des pratiques culturales sur la diversité des plantes médicinales a été conduite dans sept terroirs villageois de la zone d'Ebolawa. Des enquêtes auprès des populations, des relevés sur le terrain et des observations directes sont les outils méthodologiques utilisés pour la collecte des données. Les résultats obtenus montrent que les populations font essentiellement recours aux plantes pour leurs problèmes de santé et dans l'ensemble, elles ont exprimé leur inquiétude quant à leur diminution. Les raisons qui ont guidé les paysans à ne pas tenir compte des plantes médicinales lors des pratiques culturales se fondent sur l'illusion que les plantes seront toujours disponibles. Cinq types de faciès ont été inventoriés et les plus riches en plantes médicinales sont les forêts secondaires âgées et marécageuses. Il ressort également des résultats, que les pratiques culturales peuvent avoir des effets indésirables et des effets positifs localement, à court terme et à moyen terme. Quant à l'inventaire des espèces, Funtumia elastica est l'espèce la plus représentée avec un taux de 17,30 % d'individus.
La sylviculture pratiquée par les paysans pour maintenir les plantes médicinales n'est plus perceptible et tend à disparaitre au profit des cultures vivrières. Les pratiques comme le défrichement du sous bois, le brûlis, le sarclage, la divagation des bêtes et le déboisement ne favorisent pas la préservation des plantes médicinales. Par conséquent, un plan de gestion durable des plantes médicinales devrait prendre en compte des habitudes de la population, des initiatives communautaires, des besoins et des conditions de vie des populations.


Abstract
A study on the effect of farming practices on the diversity of medicinal plants was conducted in seven villages around Ebolowa. Population and field surveys are the methodological tools used for data collection. The results show that populations mainly used plants for their health problems and overall, they expressed concern about the declining quantity and quality of the medicinal plants. The reasons why farmers ignore medicinal plants in farming systems are the wrong perception that medicinal plants will always be available . Five facies types have been identified; the richest in medicinal plants are older and marshy secondary forests. It also appears from the results, that farming practices can have adverse effects and positive effects locally in the short term and medium term As to the species inventory, Funtumia elastica is the species most represented with a percentage of 17.30% of individuals in the different facies.
Agro forestry operations practiced by farmers for sustainable management of medicinal plants are not very important and certain practices such as joint system tend to disappear. Farmers use practices that do not promote the conservation of medicinal plants. This is the case of slash and burn, the weeding, the straying of cattle and deforestation. A plan for sustainable management of medicinal plants should take into account the habits of the population, community initiatives, needs and living conditions of populations.


Mots-clés


Biodiversité; Ebolowa; plantes médicinales; pratiques culturales; Biodiversity; farming practice; Ebolowa; medicinal plants

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.


Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.